Plein d’expos à venir !

A l’occasion de la venue de la Reine Mère  de ma maman chez moi, nous avons l’intention de profiter de l’absence des garçons (ils seront à Nice chez leurs grands-parents) pour aller faire plusieurs expos !

Tout d’abord, mercredi 1er novembre j’ai pris des billets coupe-file pour aller voir Gauguin l’achimiste au Grand Palais :

http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/gauguin-lalchimiste

Ca va rappeler des souvenirs de voyage aux Marquises à ma maman.

Le jeudi 2 novembre, cette fois ci monsieur nous rejoint, nous allons faire la nocturne de Monet collectionneur :

http://www.marmottan.fr/fr/Exposition_en_cours-musee-2576

Vendredi 3 novembre, j’ai aussi pris des billets coupe file,  on va se régaler de jolies tenues aux Arts Décoratifs et visiter Dior, couturier du rêve :

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/actualites/expositions-en-cours/christian-dior-couturier-du-reve/

Mon aîné a fait un atelier aux Arts Décoratifs autour de cette expo et il m’a dit que c’était superbe !

Et enfin, ma maman ira seule voir l’exposition consacrée à Barbara à la Philamornie :

https://philharmoniedeparis.fr/fr/exposition-barbara

 

Je suis contente d’accompagner ma maman pour toutes ces expositions ! Parfois la vie en Province me manque et puis finalement, je pense à toutes les possibilités que m’offre Paris et je serais bien malheureuse en Province tout compte fait …

 

 

Publicités

Grease le musical à Mogador

Créée en 1971 par Jim Jacobs et Warren Casey, lancée le jour de la Saint Valentin en 1972 et jouée 3.388 fois à Broadway lors de sa première exploitation, Grease a été nommée pour 7 Tony Awards. Elle fut ensuite produite à Londres en 1974. Cette comédie musicale a été portée à l’écran quatre ans plus tard, un film éponyme marqué par le duo Olivia Newton-John/John Travolta, le film de tous les records, 400 millions de $ de recettes et souvent cité comme le film musical le plus populaire. Cette adaptation de la comédie musicale a véritablement propulsé la carrière de John Travolta.

Depuis le succès ne s’est jamais démenti, la comédie musicale a été reprise à Broadway (de 1994 à 1998 pour 1.505 représentations supplémentaires), exploitée dans des tournées à travers les Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, en Afrique du Sud et plusieurs pays d’Europe. (Richard Gere et Elaine Paige, entre autres, ont figuré dans les différentes distributions).

L’histoire se déroule en 1959 à la Rydell High School, dans la banlieue de Chicago, sur fond de musique rock. Sandy Dumbrowski, une nouvelle élève, intègre le lycée. A sa grande surprise, elle y retrouve son amour d’été, Danny Zuko, chef du gang des Burger Palace Boys. Si elle est heureuse de le revoir, lui se préoccupe plus de sa popularité et de son image de chef de bande que des
sentiments de Sandy. Aidée par les Pink Ladies, Sandy va finir par s’imposer dans ce jeu d’amour et de hasard.

Grâce au CE de monsieur, j’ai eu une place VIP à moitié prix !  J’y suis allée avec une de ses collègues, V., et donc en plus d’un très beau spectacle, j’ai fait une très belle rencontre !

J’ai toujours adoré depuis toute petite Grease, le film culte avec Olivia Newton-John et John Travolta, je connais les chansons par cœur ! La comédie musicale à Mogador est dans la lignée des comédies de Broadway comme Mamma mia par exemple. J’avais un peu peur de la traduction des chansons en français mais finalement ça passe bien. Les comédiens sont jeunes et plein de talents ! Il y a vraiment une bonne ambiance du début jusqu’à la fin, c’est vraiment la comédie musicale « feel good » du moment ! Les costumes sont vraiment chouettes et je n’avais qu’une envie en quittant la salle, avoir moi aussi une jolie robe style années 50 avec plein de jupons à froufrous ! Et évidemment je rêve des cheveux entièrement roses de Frenchie:)

A la fin du spectacle nous sommes allées diner chez Casa Cosa, pas loin du tout du théâtre. J’ai trouvé ça très bon, mes gnocchis aubergine mozzarella avaient vraiment un goût de reviens-y 😉 Très bon rapport qualité prix, et assiettes très copieuses !

 

Nirvana une fin de siècle américaine – Stan Cuesta

Le 5 avril 1994, Kurt Cobain met brutalement fin à ses jours, signant du même coup l’épilogue sanglant d’une fulgurante aventure : celle de Nirvana, dernier grand groupe de rock du XXe siècle… Aujourd’hui l’oeuvre de Nirvana pèse toujours de tout son poids sur l’histoire du rock, alors que Kurt Cobain est devenu l’icône de toute une génération, un « Jim Morrison fin de siècle » symbole d’un rock tumultueux et violent, d’une incandescente beauté. Au-delà des clichés d’une aventure très sex, drugs and rock’n’roll, ou des analyses pseudo-sociologiques autour de la génération X et du mouvement grunge, ce livre de référence, extrêmement documenté, retrace pas à pas la carrière d’un groupe majeur t s’intéresse aux diverses influences de Kurt Cobain, pour éclairer sous un angle nouveau une « oeuvre au noir » fondamentale, ultime brasier d’un siècle marqué au fer rouge du rock’n’roll.

C’est en allant à la bibliothèque que cette biographie m’a fait de l’œil, pourtant ce n’est vraiment pas le genre d’ouvrage que j’ai l’habitude de lire. Nirvana pour moi représente une grande partie de mon adolescence, j’avais la chance d’avoir un grand frère qui me faisait découvrir plein de bonne musique (Radiohead, Smashing Pumpkins, Noir Désir etc … c’est merci mon grand frère rock’n’roll !) et aussi des parents qui avaient choisi d’avoir le câble et donc nous avions accès à MTV.

J’ai vraiment apprécié ma lecture et même si je connaissais quelques détails de l’histoire du groupe, j’ai appris énormément de choses sur un groupe devenu « trop » célèbre comme par accident. J’ai du coup réécouté « Nevermind » avec une toute approche et comprenant bien mieux les paroles.J’avais oublié à quel point cet album était bon !  Je me souviens très bien du choc à l’annonce de son suicide, j’étais en première  et je pense que la mort de Kurt Cobain a marqué une partie de ma génération.

 

 

Nick Cave and the Bad Seeds au Zenith

Pour la deuxième fois, j’ai vu Nick Cave and the Bad Seeds en concert et une fois de plus ce fut magique, bien que très différent du concert au Rex car pas aussi intime évidemment. Il s’est pourtant dégagé beaucoup de charisme durant ce concert et je suis toujours aussi amoureuse de la voix, du jeu de scène de Nick Cave.

Il est entouré d’excellents musiciens et le jeu de lumière donnait une atmosphère très Lynchienne à l’ensemble. Il y eut plusieurs moments de grâce durant ce concert, très mysthiques. Il est très proche de ses fans et à la fin de son concert il aime bien aller faire un tour dans le public et aussi faire monter du monde sur scène. Mention spéciale WTF à la fille qui est montée sur scène les seins à l’air : avait-elle un message à faire passer ? Je me suis demandé si c’était une Femen, mais a priori non.

Jamais deux sans trois, si Nick Cave revient à Paris, j’irai certainement le voir, mais je préférerais que ce soit dans une petite salle de concert au caractère plus intime, même si une grande salle comme le Zénith permet un jeu de lumières plus sophistiqué.

La playlist de la soirée :

  • Anthrocene
  • Jesus Alone
  • Magneto
  • Higgs Boson Blues
  • From Her To Eternity
  • Tupelo
  • Jubilee Street
  • The Ship Song
  • Into My Arms
  • Girl in Amber
  • I Need You
  • Red Right Hand
  • The Mercy Seat
  • Distant Sky
  • Skeleton Tree

Rappel :

  • The Weeping Song
  • Stagger Lee
  • Push the Sky Away

Nouvel appartement, nouvelle vie ?

Avant de partir en vacances à Nice cet été, nous avons visité un appartement. C’était le lundi 7 août. Dans la nuit du lundi au mardi, l’architecte pour qui je travaille, nous faisait un estimatif des travaux, dans la foulée nous avons envoyé notre offre. La nuit fut très courte. Le mercredi matin nous avions une réponse positive. Le lendemain, nous sommes allés voir le banquier, et le jeudi nous sommes partis en vacances. Durant les vacances, nous avons eu pas mal d’échanges avec l’agence immobilière, c’est une succession avec  deux héritiers et limite il a fallu que nous fournissions notre arbre généalogique … Au final, nous avons signé le compromis le 29 août et aujourd’hui nous avons appris que notre demande de prêt était acceptée !

Tout est allé très vite, c’est juste incroyable ! J’ai encore du mal à y croire et ce n’est pas encore cette nuit que nous allons bien dormir, entre l’excitation et l’angoisse cela fait un mois que nous ne dormons pas bien.

Nous achetons donc un appartement d’environ 100 mètres carrés, avec un balcon et deux boxes fermés en sous-sol. Il y a absolument tout à refaire  : les fenêtres, l’électricité, les sols, les murs, la cuisine, la salle de bain … Nous avons énormément de chance car nous sommes extrêmement bien entourés : toute une équipe prête à nous aider ! Les plans V1 et V2 ont déjà été faits et au bout d’une réunion de chantier, la version finale v3 était là ! Nous allons donc avoir : une cuisine, une arrière cuisine, une buanderie / salle de douche, un salon / salle à manger, une salle de bains et trois chambres. Les garçons vont enfin avoir chacun leur chambre et c’est juste fantastique !

Nous allons faire d’un des deux boxes notre cave, et pour l’autre, n’ayant pas de voiture, nous ne savons pas encore si nous le louerons.

Nous avons fait un tableau Pinterest commun avec notre équipe de choc et nous choisissons ce qui nous plaît en cuisine, salle de bain, parquets, carrelage etc … C’est très amusant à  faire et Pinterest est une mine d’or d’idées ! Je n’ai qu’une hâte c’est de passer du virtuel au réel 🙂

En parallèle, nous revendons l’appartement dans lequel nous habitons actuellement et si tout va bien, nous devrions signer le compromis de vente le 14 septembre. On attend juste la confirmation du Notaire des acheteurs. Nous voulons signer la vente définitive au 5 mars pour nous laisser le temps de faire les travaux et surtout de déménager pendant les vacances scolaires, car nous n’aurons pas les garçons à la maison.

Les mois à venir vont être chargés, surtout pour les travaux. Nous sommes déjà passés par là et donc nous savons ce qui nous attend. Nous savons aussi que nous allons rentrer dans un appartement encore en travaux (et qui ne sera pas terminé pour des questions de budget), mais je n’ai jamais été à la fois aussi heureuse et angoissée !

 

 

Les proies – Sofia Coppola

En pleine guerre de Sécession, dans le Sud profond, les pensionnaires d’un internat de jeunes filles recueillent un soldat blessé du camp adverse. Alors qu’elles lui offrent refuge et pansent ses plaies, l’atmosphère se charge de tensions sexuelles et de dangereuses rivalités éclatent. Jusqu’à ce que des événements inattendus ne fassent voler en éclats interdits et tabous.

Vendredi soir dernier pour nous changer les idées, nous sommes allés au cinéma voir le dernier opus de Sofia Coppola. J’admire le travail de cette cinéaste depuis ses débuts et j’adore Virgin Suicides, Lost in Translation et Marie-Antoinette pour plein de raisons différentes et communes à la fois. Cette fois-ci j’ai retrouvé l’esthétique qui me plaît tant,  les personnages si forts et fragiles à la fois, l’ambiance du film mais au final c’était malsain. Je ne sais pas comment l’exprimer mais le tournant du film m’a mise très mal à l’aise. Mais je ne regrette pas d’être allée voir ce film car il est magnifique et vivement le prochain film de Sofia Coppola ! J’aimerais  tout de même essayer de voir l’autre version avec Clint Eastwood pour pouvoir comparer 🙂

Le secret de Pembrooke Park – Julie Klassen

Abigail Foster s’inquiète pour l’avenir de sa famille depuis qu’elle est ruinée jusqu’à ce qu’un étrange notaire leur propose d’emménager dans un grand manoir abandonné depuis dix-huit ans. Son père et elle sont accueillis à Pembrooke Park par le charmant vicaire, William Chapman, qui leur apprend que, selon des rumeurs, une pièce secrète renfermerait un trésor… Aux prises entre de vieux amis et de nouveaux ennemis, Abigail ignore la nature des dangers auxquels elle devra faire face avant de lever le voile sur ces mystères et de trouver l’amour qu’elle recherche depuis toujours…

Quelle romance historique captivante ! C’est vraiment le genre de romance historique que j’adore, une belle demeure, des secrets, une histoire d’amour, les ingrédients parfaits à mes yeux pour que je passe un bon moment. L’héroïne est courageuse, belle, intelligente, intrépide et on a très vite envie de s’identifier. J’ai dévoré ce roman de presque 600 pages en deux jours. C’est le deuxième roman de Julie Klassen que je lis et à nouveau je ne suis pas du tout déçue !