Les lisières – Olivier Adam

Tout semble pousser Paul Steiner aux lisières de sa propre existence : sa femme l’a quitté, ses enfants lui manquent, son frère l’envoie s’occuper de ses parents, son père ouvrier s’apprête à voter FN et le tsunami ravage le Japon, son pays de coeur. De retour dans la banlieue de son enfance, il n’aura d’autre choix que se tourner vers son passé pour comprendre le mal-être qui le ronge. Comment devient-on un inconnu aux yeux de ses proches ? Comment trouver sa place clans un monde devenu étranger ?

Quand j’ai acheté ce livre au salon du salon du Livre de Paris en 2015, je ne savais pas que je mettrais autant de temps à me décider à commencer ma lecture et que je serais autant boulversée, émue aux larmes en lisant ce livre. Je me revois arriver en courant pour la dédicace qui en fait était terminée, mais Olivier Adam s’est rassis pour moi et a pris le temps de me parler. Je me souviens que nous avons parlé de « Je vais bien ne t’en fais » et que je lui confiais avoir pleuré tout du long de me lecture. Quand je lui ai demandé si celui-ci me ferait autant pleurer ma question était restée sans réponse. Puis nous avons échangé sur des choses et d’autres, sur le Japon. Après avoir terminé son livre aujourd’hui, je comprends bien mieux désormais la dédicace qu’il m’y a laissée  » Nos vies périphériques, nos combats ordinaires », elle en est d’autant plus précieuse. J’aimerais pouvoir le rencontrer à nouveau et juste pouvoir le serrer dans mes bras et simplement lui dire toute l’admiration que j’ai pour lui.

Reading Challenge 2017 : a book written by someone that you admire