God knows, God knows I want to break free

enfant pinces à linge

J’ai eu les résultats des tests pour numéro deux. A son âge, on ne peut pas parler de précocité, certes il est plus intelligent que la moyenne des enfants de son âge (trois ans et six mois au moment des tests) mais ça n’explique en rien son comportement au quotidien. Les bonnes nouvelles c’est qu’il n’est ni hyperactif, ni asperger ni en trouble de l’opposition permanente. Il est clair et net que G. ne sait pas gérer ses émotions et il va falloir qu’on lui apprenne. Alors pour l’aider, il va à un atelier de gym en groupe tous les vendredis, atelier animé par une psychomotricienne, il a rendez-vous à nouveau avec la psychologue et il va commencer la sophrologie.  Il aussi rendez-vous avec une pédo-psychiatre en février.

En huit jours, j’ai été convoquée quatre fois à l’école à cause du comportement de G. Avant, il était très dur avec nous et maintenant ça déborde sur l’école. Je ne sais plus quoi répondre à l’équipe enseignante et aux animateurs du centre de loisirs à part que nous faisons le nécessaire auprès des soignants. Je suis à bout de nerfs, aujourd’hui, j’ai fondu en larmes devant la maîtresse. G. de colère a tiré sur son collier et a tout cassé. J’en suis rendu au point que j’ai envie de lui mettre une cape, et de le jeter par la fenêtre du cinquième étage pour voir s’il vole. Mais la différence entre la folie et la raison, c’est que je ne passe pas à l’acte. Je n’ai plus de solution et je me sens complètement désemparée.

Je n’ai aucune envie d’aller passer les fêtes dans ma famille ce week-end, car je vais encore entendre que G. est mal éduqué, que je ne fais pas ce qu’il faut, qu’il est insupportable etc … Je n’ai aucune envie d’aller passer dix jours à Nice dans ma belle-famille, à ne rien faire de mes journées, à attendre que le temps passe. Je n’ai qu’une envie, me retrouver seule, pendant dix jours sans devoir jouer la comédie en permanence ni passer après tout le monde. J’en ai marre de tout ça et ça a assez duré. Je crois que j’ai atteint le point de non retour et je ne suis vraiment pas sûre que mon mariage résiste au tsunami G.

 

 

Publicités

8 réflexions sur “God knows, God knows I want to break free

  1. Comme d’habitude, bon courage. La solution viendra des spécialistes et du temps j’imagine, même si je suis consciente que chaque jour qui passe doit être un calvaire.
    Et ce n’est certainement pas un problème d’éducation puisque C. ne souffre pas et ne vous fait pas souffrir de problèmes similaires…
    Enfin, pourquoi devoir jouer la comédie ? N’importe qui craquerait dans cette situation.
    Je pense à vous.

    J'aime

    • Oui c’est un calvaire et là je n’ai plus de communication avec mon fils. Je vais aussi essayer de prendre rdv avec un osthéopathe tiens, on ne sait jamais. Merci pour tes encouragements qui sont grandement appréciés.

      J'aime

  2. Tu ne peux pas être une mère / épouse / femme parfaite tout le temps, fiche-toi un peu la paix (ouais, c’est plus facile à dire qu’à faire). Tu as le droit de craquer, tu as le droit de péter un plomb, même devant tes enfants parce que tu n’en peux plus et tu es à bout. Est-ce que tu continues à consulter ?
    Pour G., en effet, la solution se dessine mais elle sera lente, et là, tu as besoin de solutions immédiates. Pourquoi, justement, ne pas envoyer tout ce petit monde à Nice et rester à la maison pour dormir / glander / penser à toi ? Genre un énorme coup de gueule pour qu’on se rende compte du boulot que tu abats à la maison sans que ça se voie ?
    Beaucoup de courage surtout ❤

    J'aime

    • Je ne consulte plus car je n’ai ni le temps ni l’envie. Les psychologues consultées pour Gabriel sont à mon écoute et elles ont bien compris que je lançais un énorme appel au secours.
      Pour Nice, je vais devoir y aller car Noël représente beaucoup pour moi et je ne me vois pas passer les fêtes sans mes enfants. Et pour l’énorme coup de gueule, ça a été fait et … rien.
      C’est juste la guerre de tranchées et je n’en peux plus. Merci pour les encouragements, j’en ai bien besoin.

      J'aime

      • Et réduire Nice à la portion congrue ? Genre tu y passes les trois jours de Noël et tu rentres toute seule ?
        Si jamais tu as besoin de voir quelqu’un, je peux éventuellement te passer les coordonnées de la personne qui me suis, mais apparemment tu es déjà un peu soutenue. Mais ça sent très fort le burn out maternel, alors n’hésite pas à lâcher du lest sur plein de choses.

        J'aime

  3. Le chemin sera sans doute long mais les nouvelles sont positives: ce n’est pas irréversible. Tu t’occupes bien de lui et il est suivi. Je suis sûre qu’il changera pour le mieux.
    Quant à toi, il faut que tu t’occupes de toi. Est-ce que face aux reproches de ta famille, tu peux leur demander un moment pour expliquer, expliquer que G. est suivi, pris en charge et que toi tu n’en peux plus ? Et que justement pendant ce w-e, cela te ferait un bien fou de devoir t’en occuper le moins possible ?
    La proposition de Kleo pour Nice est une bonne idée mais peut-être impossible. Est-ce que tu pourrais te trouver des activités juste pour toi ? de grandes promenades par exemple, mais seule, pendant que les grands-parents s’occupent de leurs petits-enfants ?
    Je pense à toi…

    J'aime

    • La psychologue m’a donné le discours à tenir, et c’est très facile de le répéter face à elle, face au reste du monde c’est beaucoup plus compliqué.
      Pour Nice, il va falloir que je fasse contre mauvaise fortune bon cœur, et trouver le moyen de passer un bon séjour.

      J'aime

  4. C’est compliqué de trouver les mots de réconfort. Je ne peux qu’imaginer et comprendre que tu n’en puisse plus – et c’est normal! Tu n’es pas invincible, tu es comme tout le monde, tu as des limites. Face à cette situation qui déséquilibre tout il faut donner du temps au temps pour recréer un nouvel équilibre. Courage ♥

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s