Questionnaire de Woolf

Quand j’ai vu passer ce questionnaire dans Causette, j’ai eu envie d’y répondre !

– Les livres marquants de la bibliothèque de vos parents :

J’ai eu la chance d’avoir des parents qui lisaient beaucoup et qui ont gardé leurs livres acquis durant leur adolescence et leur vie de jeunes adultes. J’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans les vieux livres de poche aux pages jaunies et j’ai dévoré les Sherlock Holmes et les Arsène Lupin. J’ai eu aussi accès à l’intégrale de Balzac et de Zola. Mes parents m’ont vraiment donné le goût de la lecture et j’ai fréquenté très tôt la bibliothèque municipale en plus de la bibliothèque de mes parents.

– Les lieux de votre enfance

J’ai vécu à l’étranger petite fille, au Brésil, et j’en garde quelques souvenirs. J’ai aussi beaucoup voyagé grâce à mes parents, longues vacances en camping car l’été, en Europe de l’Ouest. Mais mes meilleurs souvenirs je pense qu’ils restent en Anjou, les dimanches passés à faire les vide greniers ou visiter les châteaux alentours. On partait souvent se promener après le déjeuner, ma mère ayant regardé dans le journal local, ce qu’il y avait de prévu pour le week-end.

– Avec qui aimeriez-vous entretenir une longue correspondance et pourquoi ?

J’ai toujours aimé envoyer et recevoir des lettres.  Je ne sais pas avec qui en particulier je voudrais échanger mais je vais lancer un appel. Si l’un ou l’une d’entre vous a envie de correspondre par courrier (pas de mail hein 🙂 !), faîtes-moi signe, j’aimerais bien que ça se fasse.

– Une grande histoire d’amour avec une personne du même sexe, ce serait qui ?

Je n’ai jamais été attirée par les femmes mais je trouve Cœur de Pirate particulièrement jolie. Alors je donne son nom parce-qu’elle est connue mais c’est pour jouer le jeu du questionnaire.

– Que faîtes-vous dans vos périodes de dépression ?

Je brode au point de croix car comme ça je ne pense à rien d’autre.

– Que faîtes-vous dans vos périodes d’excitation ?

Je suis trop enthousiaste pour un rien et je suis encore plus bavarde que d’habitude …

– Votre remède contre la folie ?

Retourner voir le psychiatre consulté au moment où mon papa est tombé malade. Je ne vais pas bien, j’allais beaucoup mieux quand j’allais le voir. J’ai sauté le pas et j’ai rendez-vous le 19 novembre. Alea jacta est.

– Vous créez votre maison d’édition. Qui publiez-vous ?

Je demanderai à Eléonore Fernaye d’écrire des jolies histoires d’amour sur un fond historique comme elle sait si bien faire.

– Vous tenez votre salon, qui invitez-vous ?

Je ne suis pas très douée pour les relations mondaines, je ne me sens pas du tout à ma place. Mon salon est ouvert à mes amis pour venir boire un thé quand ils le veulent.

– Le secret d’un couple qui fonctionne ?

Être amoureux. Je fais une différence entre aimer et être amoureux, ça peut paraître bizarre. Et donc selon moi ça fonctionne si on s’aime profondément et que l’on est encore amoureux !

– La chose indispensable à votre liberté ?

Un travail à temps plein pour avoir une autonomie financière. Ce n’est donc pas pour tout de suite …

– Le deuil dont vous ne vous remettrez jamais ?

Mon papa, qui est décédé le 3 juillet 2008, à 64 ans. Il n’y a pas une journée qui passe sans que je pense à lui.

– Que trouve t’on de particulier dans votre chambre ?

On n’y trouve plus rien de particulier depuis qu’elle a été entièrement refaite. Je voulais que ce soit une pièce reposante et c’est plutôt réussi. A part beaucoup de livres et des vêtements, on ne trouve pas grand chose dans cette pièce.

– A quoi reconnaît-on un ami ?

Un ami c’est celui qui vous écoute raconter des bêtises encore et encore, qui sait que vous allez droit dans le mur, mais qui est là, qui est présent et qui à aucun moment ne porte de jugement.

– Quel est le comble du snobisme ?

Mon papa disait de moi que j’étais snob … Je ne sais pas répondre à cette question. Peut être que c’est ça le comble du snobisme, être snob et ne pas savoir quoi répondre à cette question.

– Qu’est ce que pour vous le Féminisme ?

Depuis le 2 novembre, les femmes ne sont plus payées quand elles sont salariées. A travail égal, salaire égal, et on en est très loin. Quand va t’on considérer que nous sommes des êtres humains sans faire de différence de sexe ?

– La plus belle façon de se donner la mort ?

Aucune vraiment. J’ai été très choquée par le suicide d’une camarade de Terminale qui s’est pendue dans sa chambre. Quelques années plus tard, c’est ma grand-mère qui s’est donné la mort en prenant des médicaments.

– Qui occupe vos pensées nuit et jour ?

Mon deuxième qui me fait tourner chèvre. On a rendez-vous lundi avec une psychologue, j’espère qu’on va vite trouver des réponses à nos questions.

– Vous démarrez un journal intime, quelle en est la première phrase ?

« Cher journal, je compte sur toi pour m’aider à exorciser toute la souffrance que je ressens en ce moment. »

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Questionnaire de Woolf

  1. Le peu que j’ai lu de Causette m’a effrayé et j’associe très mal certaines de ces questions à Woolf, mais je te pique malgré tout les questions, bien intéressantes ^^

    Et j’espère que ton journal (fictif ou non) accueillera dans quelque temps des phrases moins douloureuses. Je sais, ça ne se commande pas.
    (et dans le genre anecdote glauque, une copine de seconde s’est aussi pendue, le choc…)

    J'aime

  2. Pingback: Questionnaire de Woolf | Kleo à Paris...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s